Des Lectures

JACINTHE MAZZOCCHETTI, MA GRANDE VOYAGEUSE

L’absence. Il y a l’absence temporaire d’un être cher : une séparation qui peut être rompue à tout instant. Et il y a l’absence définitive, cette séparation qui ne sera jamais rompue, parce que cette absence, c’est la mort. La mort d’un être cher, celle de sa mère pour Jacinthe Mazzocchetti.

Quand vient le deuil, il y a des regrets et des remords, des questionnements et des incompréhensions ; il y a le manque de cette absence impossible à combler.

Dans Ma grande voyageuse, Jacinthe écrit des fragments destinés à sa mère. Elle écrit son deuil. Elle écrit afin de combler l’absence, le manque. Jacinthe se livre, interroge le monde, s’interroge elle-même, elle cherche un sens nouveau à sa vie. Elle évoque des souvenirs et invoque l’avenir.

Émouvant récit. Avec poésie, l’autrice se confie indirectement à nous, ses lecteurs. Les mots de Jacinthe Mazzocchetti résonnent en moi, en cette période douloureuse de ma vie (la mort s’est invitée… décès d’un de mes êtres chers). Ses mots sont puissants, vont à l’essentiel.

Quand vient le deuil d’un être cher, le temps, notre regard changent. Plus rien ne sera comme avant. Notre propre être est bousculé. La vie n’est plus la même.

Que pourrais-je écrire de plus ? Jacinthe exprime parfaitement la douleur, la souffrance causées par la mort d’un être qui nous est cher. Quant aux fragments, ils illustrent parfaitement nos pensées décousues liées au chagrin de cette absence définitive. Absence dans la vie, mais présence dans les cœurs : est-ce suffisant ? Je ne sais pas… Le vide et le silence laissés par la mort de l’être cher, sont tellement… intenses.

(Merci aux éditions L’Harmattan et à Babelio pour l’envoi de ce livre dans le cadre de la Masse Critique non-fiction de juin.)


Jacinthe Mazzocchetti, Ma grande voyageuse. Éditions academia, 2021. 132 pages. EAN 9782806105882

Publicité

7 réflexions au sujet de “JACINTHE MAZZOCCHETTI, MA GRANDE VOYAGEUSE”

  1. Bonjour Eleonore,
    Très juste chronique (belle me semblerait déplacé) qui ne doit que trop bien résonner dans ton parcours de vie actuel… La présence dans les cœurs n’est pas suffisante en soi mais elle est ce qu’il nous reste, justement, quand l’absence prend la place.
    Toutes mes pensées vont vers toi… Je te réponds tout prochainement.

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.