Des Lectures

Et d’avoir su m’étendre, Emmanuelle Godec Prigent

La Bretagne en novembre,
Elsa n’est pas très emballée.
Et pourtant…

Le calme, le silence
La mer, l’air pur

La Bretagne en novembre,
peu ou pas de touristes,
Ses préjugés s’envolent ;
Elsa découvre le Finistère, Carentec.
Et sa vie, elle la regarde, l’observe sous un autre angle.

Le calme.
Loin des soucis.
L’air, la mer…
Lâcher prise.

Au fil de ces quelques jours à Carentec,
Elsa retrouve chaleur et bonne humeur
auprès d’Hortense et Joséphine,
de Roberte et Armand.
La Bretagne en novembre
peut être pleine de surprises !

Et d’avoir su m’étendre
Une parenthèse enchantée.
Un roman qui se lit d’une traite,
Écrit avec fluidité, dans l’air du temps,
les mots d’Emmanuelle Godec Prigent transmettent plein de gaieté, de  « ici et maintenant, vis et souris ! »

Et d’avoir su m’étendre
donne envie de partir en Bretagne,
d’avoir de vieilles voisines telles que Joséphine et Hortense, même temporairement.
Car les personnages secondaires ne sont pas délaissés et grâce à eux la grande Histoire se mêle à la petite.

Et d’avoir su m’étendre
C’est une grande bouffée d’air du large,
un instant lecture qui fait du bien au moral !

Je remercie l’autrice de m’avoir offert son livre. Un joli cadeau pour moi, qui fête mes 40 ans en novembre (ce samedi) et en Bretagne, comme Elsa.

Et d’avoir su m’étendre, Emmanuelle Godec Prigent
Auto-édition. 2020
ISBN. 9791026259695

(défi : automne, l’arrière-saison)

10 réflexions au sujet de “Et d’avoir su m’étendre, Emmanuelle Godec Prigent”

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s