À mes heurs retrouvés (blog d'avant), Côté lecture

Un clafoutis aux tomates cerises. Véronique de Bure.

J’ai aimé…
… le titre et son mystère ; la couverture printanière illustrée par Constance Clavel, pleine de fraîcheur et de gaieté.
… l’écriture de Véronique de Bure qui colle parfaitement à la narratrice. Une écriture élégante et simple à la fois. Des mots émouvants sur les derniers instants d’une vie.
J’ai aimé…
… Jeanne, la narratrice. Découvrir ses pensées, son quotidien de nonagénaire, au fil des saisons d’une année, sa dernière année ?
J’ai aimé…
… la douceur, la tendresse et la solitude qui se dégageaient de ce roman, Un clafoutis aux tomates cerises.
J’ai aimé…
… cette lecture qui m’a fait un bien énorme. Une lecture comme rarement j’ai connu avec un(e) écrivain(e) français(e). Elle n’est pas sans rappeler celle de Philippe Delerm quand il conte ses plaisirs et autres bonheurs minuscules de la vie… Le trottoir au soleilLes eaux troubles du mojito

Je n’ai pas aimé
… dire adieu à Jeanne…

Un clafoutis aux tomates cerises
Flammarion, 2017. 384 pages.
Fiche du livre sur le site editions.flammarion.com

Véronique de Bure est l’auteur d’un premier roman très remarqué par la critique, Une confession (Stock, 2009), et de plusieurs récits dont Un retraité (Stock, 2011).