À mes heurs retrouvés (blog d'avant), Côté lecture

L’étranger. Albert Camus.

Au début, c’est une œuvre « ordinaire » dirait-on. Mais c’est sous-estimer le philosophe Albert Camus. Crescendo, finalement le chef d’œuvre se révèle tel le Boléro de Ravel. Et mes larmes à la fin sont mon remerciement, M. Camus.

Albert Camus est né à Mondovi, en Algérie, en 1913. Pendant la seconde guerre mondiale, il intègre un mouvement de résistance à Paris, puis devient rédacteur en chef du journal «Combat» à la Libération. Romancier, dramaturge et essayiste, il signe notamment L’étranger (1942) et La Peste (1947), et reçoit le prix Nobel de littérature en 1957. Il meurt en 1960 dans un accident de voiture. (source : gallimard.fr)