À mes heurs retrouvés (blog d'avant), Côté lecture

Il était un piano noir… Barbara

Mémoires interrompus. Faire avec ce quʼil reste. Fragments. Récit inachevé.

La lecture amène à la frustration, à un « C’est tout ? » Oui, c’est tout, un tout qui n’est pas rien.

Il y a la beauté, la simplicité et l’élégance des mots de Barbara.

Il y a la détermination d’une jeune fille croyant en ses rêves. Réalisables.

Il y a le sombre, le noir de la misère, un peu de gris, celui de la pluie… Le blanc de la pureté, de l’innocence ont disparu depuis bien longtemps de la vie de Barbara.

Il y a la lumière aussi. Celle des projecteurs, évidemment. Il y a toutes ces étoiles filantes sur la route de Barbara.

Il y a cette lumière dans les mots et la voix de Barbara qui éclairent notre propre vie.

Il y a de tout cela.

Il était un piano noir…
Fayard, 1998. 230 pages.

Barbara est née en 1930, le 9 juin. Est décédée le 24 novembre 1997. Elle fut une auteure, compositrice et une interprète.