À mes heurs retrouvés (blog d'avant), Côté lecture

Le corps de ma mère. Fawzia Zouari.

Autre époque et autre culture… à la découverte d’une femme et de son histoire, triste et belle à la fois.
Quand une fille cherche à mieux connaître sa mère avant qu’elle ne décède.
Un récit en trois parties. Un livre intéressant malgré quelques longueurs, à mes yeux, parce que je l’aurais préféré structuré différemment. Peu importe. L’écriture de Fawzia Zouari a capté mon attention du début à la fin.
Je n’arrive pas à être déçue par ma lecture. Peut-être que Yamna me rappelle à certains égards ma défunte grand-mère…

Le corps de ma mère
Éditions Joëlle Losfeld, 2016. 240 pages.

Fawzia Zouari née au Kef, est une écrivaine et journaliste tunisienne. Docteur en littérature française et comparée de la Sorbonne, elle vit à Paris depuis 1979. Elle a travaillé à l’Institut du monde arabe – à différents postes dont celui de rédactrice du magazine Qantara1 – avant de devenir journaliste à l’hebdomadaire Jeune Afrique en 1996. Parmi ses publications : La caravane des chimères (Olivier Orban, Paris, 1981), Ce pays dont je meurs (Ramsay, Paris, 1999), La Retournée (Ramsay, Paris, 2002), Le voile islamique (Favre, Paris, 2002), Pour en finir avc Shahrazah (Edisud, Aix-en-Provence, 2003), Ce voile qui déchire la France (Ramsay, Paris, 2004), La deuxième épouse (Ramsay, Paris, 2006). Elle participe à de nombreuses émissions de télévision sur l’évolution des pays arabes. (source : site des éditions)