À mes heurs retrouvés (blog d'avant), Si on parlait de... Tag et autres

Si on parlait de… ces livres qui ont marqué ma vie de lectrice

sopd.png
©La tête dans les livres

Ce rendez-vous était publié toutes les deux semaines puis tous les mois, le deuxième dimanche du mois mais La Tête dans les Livres a décidé de le faire à son rythme. On y parle de livres, de vie bloguesque, de tout et n’importe quoi… le but étant de pouvoir échanger en toute simplicité et toujours autour des livres ou du blog.

Le thème de dimanche dernier était les livres qui ont marqué ma vie de lectrice.

Ils sont nombreux, me semble-t-il. Lesquels choisir ? Lesquels retenir ?

En vrac…
Les histoires de Rosalie de Michel Vinaver. Celles et ceux qui me lisent depuis mes débuts ou presque savent. Pour les autres : il s’agit de mon tout premier roman lu seule. Il m’ouvrit les portes de la lecture. Et la collection castor poche des éditions Flammarion était chère à mon cœur. Les quatre filles du docteur March, la saga Les enfants Tillerman et bien d’autres furent dévorés et sont toujours là, sur mes étagères.

Des Poèmes choisis d’Arthur Rimbaud et de Charles Baudelaire découverts au collège grâce à ma professeur de français m’emmèneront sur le chemin de la poésie.

Avec La nuit des temps de René Barjavel, je ferai des cauchemars et Madame Bovary de Gustave Flaubert et Bel-ami de Guy de Maupassant me vaccineront pendant vingt ans contre les classiques intemporels.

Les années ont filé et ont emporté avec elles les romans.

Viens ensuite la saga de La bicyclette bleue de Régine Deforges : passionnante histoire d’amour sur fond d’Histoire. Vers la même période, Sœur Emmanuelle me redonnera espoir et foi en l’avenir grâce à son récit Chiffonnière avec les chiffonniers et Yalla, en avant les jeunes.

Le désert. Une longue traversée dans le désert. Je ne lis quasiment plus. Il me faudra attendre des années avant de dévorer à nouveau.

Des vents contraires (Olivier Adam) ou l’étrange coïncidence. Et le Petit éloge de la rupture de Brina Svit. Et tous ces autres me ramènent à la lecture.

Et puis, Paulette… de Barbara Constantine inaugurera mon premier blog littéraire. J’y rencontrerai mes écrivains favoris : Philippe Delerm avec Les amants de l’Hôtel de Ville (qui sera enfin lu) et Marguerite Duras grâce à L’amour. Une dernière prière avant la fermeture de ce blog… Au nom du père, du fils et du rock’n’roll d’Harold Cobert marquera un tournant dans mon rapport avec les auteurs et m’interrogera sur mes lectures. Un certain dégoût s’installe.

Peu à peu, de nouvelles saveurs s’offrent à moi. Les arbres voyagent la nuit d’Aude Le Corff me fera découvrir Le petit Prince d’Antoine de Saint-Exupéry qui lui-même m’emmènera sur la voie du Tao, Lao-Tseu, Tao-tö king, sans oublier Derniers fragments d’un long voyage de Christiane Singer : autant de belles découvertes qui alimenteront mon blog, ce blog À mes heurs retrouvés.

L’aventure continue ou ne fait que commencer. L’Histoire de la psychologie d’Olivier Houdé m’incitera à me tourner vers la philosophie, ce petit trésor m’élèvera, me révèlera.

À moi, enfin, les intemporels ! Quelle joie ! Jane Eyre, La peste et tant d’autres attendent. Une nouvelle ère, un nouvel air, Comme une feuille de thé à Shikoku.